Lettre ouverte de Camille CHAMOUX à François HOLLANDE

Sur les réseaux sociaux, l’actrice et scénariste des Gazelles a publié un long texte dans lequel elle s’adresse au Président de la République. Sans tomber dans le pathos ni dans l’hystérie, elle explique pourquoi, selon elle, le statut des Intermittents du spectacle doit perdurer. Des raisons que le MEDEF, certains hauts pontes de l’UMP quelques acharnés du PS semblent ne point comprendre …

Je continue pour ma part à soutenir les intermittents et espère de tout cœur que les propositions du C.I.P. (Coordination des Intermittents et des Précaires), vielles de onze ans maintenant, seront enfin appliquées.

«Cher Président de la République Française, Cher François, et même Cher Camarade, comme on s’appelle au PS,

»J’aimerais vous parler du plaisir que j’ai à vivre dans notre pays que vous gouvernez depuis deux ans. Et à y exercer le métier que je fais depuis plus de 10 ans.

»J’ai plaisir à vivre dans un pays où les systèmes d’éducation et de protection sociale, de création et de diffusion de la culture sont de grande qualité, voire uniques au monde: c’est bien ce qu’on appelle “l’exception culturelle française”.

»J’ai plaisir à exercer mon métier d’artiste dans ce même pays, où j’ai le temps de réfléchir à ce que j’ai à dire avant de le dire, où j’ai du temps et un peu d’argent pour monter des spectacles, dans lesquels je parle notamment de la chance qu’on a de vivre dans ce pays (si si, c’est vraiment ce que je dis dans Née sous Giscard, et je vous y invite bien volontiers.)

»J’ai d’autant plus de plaisir à être artiste dans ce pays qu’au début, quand j’ai commencé ce métier il y a plus de 10 ans, comme beaucoup d’artistes débutants, j’étais grave dans la dèche et je mangeais des nouilles chinoises. À l’époque, ce qui m’a vraiment permis de tenir et de ne pas me décourager, c’est que je touchais l’intermittence, ce système extraordinaire qui me permettait d’avoir un complément à ce que je touchais effectivement comme cachets. Je jouais des spectacles pour enfants, je faisais des interventions en milieu carcéral, c’était pas trop inutile comme genre d’activité dans la société à 23 ans, pas plus ni moins utile ou inutile que d’être serveuse ou jeune courtier ou caissière ou repreneur de la boîte de papa. Ainsi, tant que je travaillais un nombre d’heures suffisant dans l’année (507 heures à l’époque sur 12 mois, mais ça ça a un peu changé aujourd’hui c’est sur 10 mois), je pouvais vivre de mon métier, c’est-à-dire le faire au mieux, parce que par exemple des interventions en milieu scolaire ou carcéral, ça se prépare, et un spectacle aussi (apprendre le texte, faire de la comm parce qu’au début t’as pas de quoi payer les gens pour le faire, tout ça. )

»Et puis, un jour, ça a commencé à un peu marcher, et puis de mieux en mieux, tellement qu’un moment j’ai gagné un peu de pognon avec mon métier. Puis tellement de pognon (on se calme, hein, suis pas Bill Gates non plus mais pour le moment, finies les nouilles chinoises à réhydrater) que là, depuis 5 ans, je ne touche presque plus rien des ASSEDIC, car le système de l’intermittence est intelligent, et donc plafonné. En revanche, je continue à contribuer à fond avec tous mes gros cachets d’artiste qui marche un peu maintenant. Et des gens comme moi aujourd’hui, il y en a des paquets, et des gens comme moi il y a dix ans, aussi. Et c’est comme ça que ça marche, ce truc d’intermittents. Et personne ne mange sur le dos d’aucune bête: les gens vont faire des spectacles et des animations et des interventions et des rencontres avec le public, les gens écrivent et jouent des pièces et des films, et sur la quantité il y en a qui en plus font un sacré rayonnement pour la France.

»Autant que les pulls de marin fabrication française que votre collègue Arnaud Montebourg aime bien.

»Autant que toutes les entreprises françaises qui marchent bien.

»Alors moi je crois, Monsieur le Président, qu’il faut le garder notre système, le réformer un peu sans doute, et mes copains de la Coordination des Intermittents ont des supers propositions pour ça, mais ne pas le dénaturer, et je vous jure que si un jour je reçois une récompense (comme par exemple une Poire de Bronze, un Clown d’or, ou plus simplement un Oscar) je saurai à qui je la dois, cette récompense, et je le dirai: je la devrai à Malraux qui a conçu l’ordonnance 10 propre aux artistes interprètes et à Hollande qui a su la maintenir. Car j’en ai eu besoin hier, et j’en aurai besoin demain sans doute.

»Parce que le principe d’une carrière d’artiste, c’est qu’il y a des hauts et des bas, un peu comme en politique: parfois, on est au sommet, parfois, on est dans le creux. Et moi, dans mon pays, on aide les gens qui sont dans le creux. Les artistes dans les périodes difficiles, les chômeurs, et même les présidents qui ne sont plus au gouvernement et qui bénéficient jusqu’à la fin de leurs jours d’un chauffeur, d’une secrétaire et d’un service de sécurité. Et je ne m’en irai jamais le contester, alors que je ne serai jamais présidente, voyez.

»Ainsi, je vous souhaite un maximum de hauts, un minimum de bas, un long exercice et encore beaucoup de spectacles et de films. Et comme dirait Giscard, l’un de vos prédécesseurs qui a atterri dans le titre du spectacle que je joue tous les soirs,

»Au-revoir.

(Le noir se fait, François Hollande arrive sur scène et rebranche la servante, cette ampoule sur pied qui veille les théâtres vides. Et qui défie la nuit.)»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *