École marseillaise : une intervention nécessaire

20160213 ecoleLundi 8 février 2016 :

Marseille est au cœur de la tourmente et de la polémique sur ses écoles. Pour ma part, je ne veux pas entrer dans cette polémique au-delà de ce que j’ai déjà écrit sur ce sujet sensible vendredi dernier :

« D’après « Libération », les écoles marseillaises sont dans un état déplorable. D’après l’équipe à Jean-Claude Gaudain, et plus particulièrement par le bouche de Yves Moraine, ce sont des mensonges.

Pour ma part, pour avoir fréquenté plusieurs écoles ces cinq dernières années, pour avoir dans mes relations plusieurs enseignants dans ces dites écoles, je me garderais bien d’approuver l’une ou l’autre des positions. J’ai mon opinion, en bon centriste à la rencontre des deux courants.

Il faut intervenir d’urgence dans toutes les écoles car il en va de l’avenir même de nos enfants et de nos petits-enfants. Il est totalement inacceptable d’attendre les grandes vacances pour faire certains travaux d’urgence comme il est totalement inacceptable de remettre aux calendes grecques certains menus travaux car « sans gravité ».

On parle de nos enfants et de nos petits-enfants, ne l’oublions pas ! »

Les seules choses qui m’inquiètent, au-delà du problème de l’état de certaines écoles, ce sont les signes « d’amateurisme » et « d’inconséquence » envoyé par les élus marseillais en charge de ce secteur.

Nous avons eu successivement les polémiques sur l’aménagement du temps scolaire puis sur les activités périscolaires, polémiques encore agités de quelques soubresauts, puis celles sur l’état des écoles. Il en résulte un constat : si l’éducation reste le premier budget municipal, le financement n’est pas à la hauteur des enjeux.

Ainsi, chaque petit marseillais coute à la ville 2450.00 euros. Strasbourg, avec 1892.00 euros et Grenoble avec 1777.00 euros sont les seules villes à dépenser moins que nous. Toutes les autres investissements beaucoup plus pour leurs élèves (4635.00 euros pour Toulouse, le meilleur élève, 3411.00 euros pour Lyon, 2991.00 euros pour le Bordeaux d’Alain Juppé). Si l’on parle part de Budget, 10 % du budget de Marseille est redistribué dans l’éducation contre 9.4 % pour Bordeaux mais 13.8 % pour Lyon et 17.3 % pour Toulouse.

La municipalité, par la bouche d’Yves Moraine, se défausse en expliquant que les sommes investis sont à la hauteur du budget et que Toulouse est beaucoup plus riche que Marseille … On comprend soudain l’intérêt de la Métropole pour les marseillais !

En attendant, on pourrait conclure de cette position que, pour les dirigeants marseillais, les élèves marseillais disposent d’écoles à la hauteur des finances de la ville.

Conclusion : si vous avez des enfants en Maternelle ou Primaire, déménagez pour Toulouse !

A méditer !

Maintenant pour ce que j’en pense …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *