La sécurité devrait être l’œuvre de tous, du berceau au tombeau !

Vous allez dire que je fais une fixation sur le Conseil Régional mais, en fait, certaines choses ont tendances à me hérisser.

Prenons par exemple la visite récente de Christian Estrosi en Israël. Jusque-là, rien à dire. Il est normal que le président de la région PACA se rende dans un pays qui commerce énormément avec notre région et qui de surcroit y est fortement implanté.

Là où je suis par contre beaucoup plus critique, c’est quand le même Christian Estrosi revenant en métropole, clame qu’il faut s’inspirer de l’exemple sécuritaire israélien qu’il veut l’importer dans notre région. Et de louer les portiques et les innovations techniques dans le domaine de la sécurité.

Le hasard de mon travail veut que je sois parfaitement au fait de l’exemple sécuritaire israélien, peut-être même mieux que notre cher président de région.

La sécurité en Israël ne s’arrête pas à des portiques de sécurité à l’entrée des gares israéliennes ni à quelques innovations techniques de pointe. La sécurité en Israël est l’œuvre de tous, du berceau au tombeau.

En Israël, le système sécuritaire est à la fois plus moderne et plus perfectionné. Cela commence dès la frontière, à l’aéroport Ben Gourion, où tout visiteur fait l’objet d’un interrogatoire intense, souvent répété à plusieurs reprises par différents agents spécialisés. A l’entrée des grands magasins, des gares routières ou des lieux de culte, l’armée monte la garde. Et je n’évoque même pas les bâtiments publics.

Partout on voit des hommes (et des femmes) armés. N’oublions pas que les militaires sont autorisés à garder leurs armes jusque dans leurs déplacements privés. A 18 ans, tout le monde effectue d’ailleurs un service militaire de trois ans (deux ans pour les femmes).

Lorsqu’on circule entre les villes israéliennes (pour ne pas parler des passages vers des zones contrôlées par les Palestiniens), les check-points sont fréquents, inopinés ou plus réguliers. L’armée est présente à de nombreux carrefours stratégiques, avec des véhicules blindés. Les conscrits sont lourdement armés.

Au niveau des transports, ces fameux transports si chers à Christian Estrosi, le Ministère des Transports a ordonné courant 2015 que les chauffeurs de bus (principal moyen de transport en Israël) reçoivent une formation dans le Krav Maga (art martial israélien), et travaillent à l’identification les suspects. Quant aux gares routières de Jérusalem, une unité spéciale de l’armée composée de 300 hommes est en charge d’un supplément de sécurité.

Pour la petite histoire, C’est au milieu de la précédente décennie que, pour la première fois, Israël a installé des gardiens dans les stations.

En terme clair, Israël est en état de guerre permanent. Est-ce cela notre avenir sécuritaire ?

Pourtant, malgré toutes ces mesures, les attentats en Israël continuent. Pire, quelques jours après l’attaque meurtrière de la gare routière de Beer-Sheva, (où déjà portiques et gardes armées avaient été pris en défaut), des journalistes israéliens ont réussi à entrer armés dans plusieurs gares routières importantes (Beer-Sheva, Jérusalem, Petah-Tikva, Haifa) et centres commerciaux principaux (Tel-Aviv, Petah-Tikva, Haifa) du pays. D’autres, testant de leur côté l’efficacité des vérifications de sécurité aux entrées des lieux publics, ont établi plusieurs failles dans les dits systèmes permettant d’entrer armés dans un bâtiment public sans être repéré.

Un constat plutôt alarmant démontrant que quel que soit le niveau de sécurité, rien n’est sûr ! C’est la tragique loi du terrorisme que de donner naissance partout à des sociétés à la fois de plus en plus sécurisées et de plus en plus vulnérables !

A méditer !

Maintenant, pour ce que j’en pense !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *