Communication et association …

Encore une fois la communication sur le devant de la scène. Mais, pour une fois, une communication non institutionnelle provenant d’une association, association par ailleurs à laquelle j’appartiens, le CIQ de mon quartier.

Un C.I.Q. est nécessaire pour la vie de proximité. Il est nécessaire pour faire remonter à « qui de droit » les informations recueillis sur le terrain. L’absence de réponse de ce « qui de droit » est dramatique mais ce n’est pas le but de ce papier, j’en parlerais dans un autre.

Une association a aussi un devoir. Fournir à ses adhérents l’état d’avancement de ses actions et surtout, leur fournir des informations correctes, du moins à sa connaissance, et non biaisée.

Or, je ne reviendrais pas sur ce qui semble être une découverte par le CIQ du reclassement de la zone artisanale Jean Monnet en zone « UC », urbanisable mais plutôt sur les « mails aux adhérents » reçus dimanche dernier.

Voici donc un premier mail auquel était joint un pdf avec l’explication « comme indiqué le jour de l’A.G, je vous communique le PADD 2011. Je vous invite à consulter plus particulièrement les pages 9, 10 et 14, mais l’ensemble est intéressant. »

Faire connaitre le PADD 2011 aux membres du CIQ, voilà une chose bénéfique et digne d’intérêt puisque, après tout, ce PADD va définir nos années futures à Vitrolles.

Sauf que le PADD 2011 n’existe pas ! Le document joint au mail reprend le bilan des réunions de concertations avec les vitrollais en vue de l’élaboration du fameux PADD adopté lui en 2013 !

 

Voici donc un deuxième mail se plaignant du manque de publicité faite à une enquête publique et qui, je cite « concerne le sujet débattu le 25 / 01 / 2016 à la salle du ROUCAS et ou seulement 1, 76 % de personnes avaient répondu ». Or cette fameuse réunion portait sur les modes de déplacements doux à Vitrolles tandis que l’enquête publique porte elle sur le projet « Cap Horizon / Henri Fabre » portant sur la requalification des zones Couperigne/Estroublans et de leurs remembrements. (que nous avons étudié hier)

Quasiment rien à voir donc.

Encore une fois, on se retrouve avec un problème dramatique de communication mais qui cette fois va « orienter » la perception des adhérents de l’association.

Communiquer des informations aux adhérents part d’un sentiment louable et doit être encouragé mais faut-il encore que ces informations soient exactes. Il en va de la crédibilité d’une association.

Au fait, en parlant d’absence de réponse de certains …

A méditer …

Maintenant pour ce que j’en dis …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *