Quelle opposition à Vitrolles ?

image001Le Conseil Municipal de Vitrolles s’est réuni jeudi dernier pour valider les comptes administratifs 2015, adopter le budget primitif 2016 et discuter de plusieurs délibérations d’importances comme le vote des subventions aux associations ou la modification du Plan Local d’Urbanisme.

Le premier papier sur le sujet, je vais le faire sur un sujet qui me tient à cœur. J’avais posé la question sur mon site le 15 avril 2014. Deux ans plus tard, je peux apporter la réponse.

Il est de notoriété publique, qu’un « grand » maire ne peut éclore et exister que si son opposition est « grande » et « intelligente », l’obligeant ainsi à se surpasser.

Je me posais donc la question de savoir si l’opposition vitrollais était suffisamment « grande » et « intelligente » pour permettre à notre maire de se dépasser ?

J’ai désormais la réponse.

Nous avons donc une opposition dite « institutionnelle » composée de deux factions, l’opposition « LR » et ses quatre représentants, menée par Christian Borelli et celle « FN » et ses six représentants, menée par Marcel Yde.

La première se cramponne à une vision passéiste de Vitrolles au point de présenter comme seul argumentaire durant la soirée le dossier de la SAVEM que Vitrolles traine depuis des dizaines d’années et passer à côté de critiques pourtant évidentes. Que penser aussi d’un groupe qui ne présente qu’un seul élu, certes son leader, mais dont les trois autres colistiers sont absents alors que des sujets les plus importants pour la vie de la cité et des citoyens sont en débat ? Je rappelle qu’on ne parlait pas d’abeilles (certes il y a eu les brebis) mais de budget primitif, des comptes de la ville, de la modification du PLU, des subventions aux associations …

La seconde, qui a volé en éclat en 2014 au point de former deux groupes distincts avant de voir des démissions en cascades (à se demander si la liste FN va pouvoir fournir tous les postes d’élus au cours de cette mandature), se conforme à l’orthodoxie frontiste dans ses critiques quand elle ne fait pas de contresens dans ses remarques sur les délibérations comme cela a été le cas il y a quelques mois

Et les deux se rejoignent dans les questions orales en transformant une problématique importante, (en l’occurrence la place de Vitrolles dans la Métropole), en une attaque stérile et personnelle sur l’échec du maire à se faire élire dans une instance métropolitaine. La place de Vitrolles dans une institution ne se résume pas à un poste de vice-président mais bel et bien à sa place géographique, économique, historique et politique. J’aurais préféré que l’on parle de cela !

Enfin, il existe une autre opposition, non représenté en Conseil Municipal, même si on l’entend (trop ?) dans le public. Celle des réseaux sociaux. Seul problème, elle n’est faite que de critiques, dans aucune proposition, et souvent dans une posture rétrograde qui fait fi de l’évolution de notre société actuelle et des grands enjeux actuels.

Je peux donc désormais répondre à la question que je me posais le 15 avril 2014 et vous en connaissez maintenant la réponse sans que j’aie besoin de l’écrire.

A méditer …

Maintenant, pour ce que j’en pense …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *