Vitrolles et les nuisances sonores

Nous avons tous pu constater depuis quelques jours la recrudescence des survols d’avions au-dessus des quartiers sud.

Heureusement, nous avons depuis des années des associations à la pointe du combat et de la lutte contre ces nuisances sonores prêtes à aller se frotter aux instances de l’aéroport et de la DGAC soutenus d’une manière sans faille par notre municipalité et notre député ….

Nan, je déconne !

Il est consternant de constater qu’il y a quelques années, Daniel Amar, à la tête de l’ADEV, soutenu par Philippe Gardiol , au nom de la municipalité, encouragés par Eric Diard, le député de la circonscription, menaient main dans la main un combat acharné contre le survol des quartiers sud, que quelques pistes ont été trouvées mais qu’aucune solution pérenne n’a pu être mise en place, tout simplement à cause de la complexité du problème et du nombre des intervenants.

Maintenant, après une période de relative accalmie (due principalement aux conditions météos), les survols ont repris. Mais comme nous sommes désormais dans une société de « consommation », ce sont bien entendu nos élus qui trinquent. Après tout, ne sont-ils pas coupables de tous les maux ?

C’est bien entendu la municipalité qui ne fait rien pour faire stopper ces survols, comme si la municipalité de Vitrolles pouvait avoir plus de poids que celle de Saint-Victoret, Marignane ou Le Rove, trois municipalités que les avions évitent soigneusement, tout le monde le sait. Dans les réunions, Vitrolles a le même poids que ces autres municipalités et les actions de chacune ont de grande chance de s’annihiler puisque toute solution trouvée pour l’une d’entre elle a de grande chance de voir le problème se reporter sur les autres !

Aujourd’hui, je suis confiant. Philippe Gardiol est à la tête de l’ADEV, Daniel Amar est adjoint au maire et Eric Diard est de nouveau député. Et n’oublions pas Marie-Claude Michel en charge de ce dossier. Gageons que chacun des quatre acteurs va faire de son mieux, non pas pour faire cesser le survol des quartiers sud, c’est une chimère, mais au moins œuvrer pour limiter les nuisances sonores.

Les vitrollais n’attendent plus des invectives des uns vis-à-vis des autres, des accusations électoralistes sans queue ni tête, mais une concertation constructive qui amène les pouvoirs publics à reprendre conscience du problème.

La politique de la chaise vide n’a jamais été la solution à un problème. Le résultat a toujours été une aggravation du problème. Il faut que les élus qui siègent au sein des commissions de l’aéroport reprennent la parole, qu’ils ne cessent de marteler les problèmes des vitrollais. Seul problème : le siège est dévolu à la CPA et non à Vitrolles et l’élue vitrollaise (Marie-Claude Michel) n’est que suppléante.

Il faut donc aller au delà et faire entendre la voix de Vitrolles. Mais pour cela, il faut qu’ils aient des munitions. Et les munitions, c’est nous vitrollais qui devront les leur amener en signalant tous les vols « nuisibles », en nous regroupant, en faisant connaitre notre mécontentement.

Il faut aussi bien entendu signaler sur le site de l’aéroport les avions bruyants, par le biais de la FAQ de l’aéroport ( http://www.marseille.aeroport.fr/…/contacts-faq/faq-contacts – Rubrique Developpement Durable ) Heure de passage, numéro de vol et compagnie sont les bienvenues lors de votre réclamation (renseignements accessibles par exemple via le site de tracing aérien Flight Radar 24 ( www.flightradar24.com )

Est-ce que l’ADEV, ( http://adev-vitrolles.blog4ever.xyz/ ) qui s’est maintenant plus tournée vers la problématique plus porteuse de l’urbanisme, peut revenir, du moins temporairement (ou en prenant en charge aussi ce dossier) à ses fondamentaux ? Je pense que oui. Et ses dernières prises de positions semblent l’indiquer. Nous semblons enfin être sur la bonne voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *