Vendredi 28 octobre 1938 : Incendies des Nouvelles-Galeries

 

Le Corps des Sapeurs-Pompiers de Marseille en 1938

LXVIII

Effectif du Corps Municipal des Sapeurs-Pompiers

 
LXIX

Le recrutement des Sapeurs-Pompiers

 
LXX

Fonctionnement du Corps des Sapeurs-Pompiers

 
LXXI

Le cas particuliers de la IIIème Compagnie

 
LXXII

Le matériel du Corps

 
LXXIII

Remarques concernant le 28 octobre 1938

 
LXXIV

Conclusions

 

 

Remarques : Le compte-rendu du drame tel que vous le découvrez, est en fait la mise en écriture des témoignages des divers protagonistes survivants, des récits des témoins, des rapports officiels des Sapeurs-Pompiers de Marseille (et d'ailleurs) et des conclusions des experts (de l'époque ou des Marins-Pompiers quelques décennies plus tard). Ces différents témoignages en version "brute" sont disponibles, sur simple demande, aux Archives Municipales de la Ville de Marseille (cartons 32 H 13 à 32 H 20) et plus particulièrement le carton 32 H 16 contenant le compte rendu des audiences du premier procès devant le tribunal correctionnel.

 

LXVIII / EFFECTIF DU CORPS MUNICIPAL DES SAPEURS-POMPIERS :


Le corps municipal des sapeurs-pompiers de la ville de Marseille est  formé de trois compagnies, qui comprennent chacune une section hors rang. Il est dirigé par un état-major de cinq officiers qui sont : un chef de bataillon, un capitaine, commandant en second, un officier-ingénieur et deux médecins chefs. Les hommes qui composent le bataillon sont pompiers professionnels, payés par la municipalité marseillaise. Ce sont donc des employés municipaux.

Les 1er et 2ème Compagnie sont dites "Compagnies de ville". Ce sont elles que les marseillais connaissent le mieux car ce sont ces deux compagnies qui assurent la protection de la ville. Elles sont cantonnées à la caserne centrale du boulevard de Strasbourg. Hormis sa section hors rang, chacune d'entre elle est composée du personnel suivant :


Un capitaine


Six sergents


Deux lieutenants
(ou sous-lieutenant)


Douze caporaux


Deux adjudants



Entre 85 et 90 sapeurs

La 3ème Compagnie, dite "Compagnie du port", tout en dépendant de la ville, est en fait sous le contrôle étroit de la Chambre de Commerce. Nous étudierons plus loin son mode de fonctionnement très particulier. 

En 1938, un problème d'effectif était latent. En effet, le bataillon, toute compagnie confondue, possède un effectif légal de quatre cents hommes. Mais il n'y a réellement que trois cents quatre vingt quinze hommes pour un effectif courant d’environ deux cents hommes.

 


EFFECTIF DU BATAILLON EN OCTOBRE 1938

Unités

Rang

Effectifs

Total

1ère Compagnie


Sapeurs-Pompiers
Section Hors Rang (Chauffeurs)



106
21


127

2ème Compagnie


Sapeurs-Pompiers
Section Hors Rang (Chauffeurs)


103
31


134

3ème Compagnie

1er Peloton


Service de terre
Bateaux-Pompes


30
26


56

3ème Compagnie

2ème Peloton


Service de terre
Bateaux-Pompes


34
39


73

Etats-Majors


Total dont
Chef de corps .………..…1
Capitaine adjoint …….… 1
Officier Ingénieur …….... 1
Médecins-Chef ……….... 2



5

 


5

 


Total



395


395

 

Comme nous l'avons vu, les sapeurs-pompiers employés par le bataillon étaient des employés municipaux. En tant que tel, ils faisaient quasiment tous partie du syndicat. Or, ce syndicat avait souvent l’oreille du maire ou de son adjoint ce qui pouvait créer des problèmes. Un exemple frappant de l’ingérence du syndicat dans la bonne marche du bataillon est « l’affaire des cafés ». Autour de la caserne, il y avait de très nombreux bars. Pour lutter contre un certain laissez-aller, le chef de corps décida la fermeture des portes de la caserne à 21 h 00’. Quelques jours plus tard, il était obligé de faire machine arrière sous la pression de la mairie qui avait reçu plusieurs plaintes du syndicat. 

Enfin, il ne faut pas minimiser le rôle que joua Simon Sabiani en tant qu'adjoint délégué aux Sapeurs-Pompiers sous les municipalités Flaissières et Ribot. Jouant sur son poste, il fit enrôler de nombreux compatriotes corses, tous entièrement à sa solde, prêts au mieux  à l'aider lors des campagnes électorales, au pire, à faire le coup de poing. Ce sont les familles corses du quartier du Panier qui profiteront le plus de cette filière où les mutations se faisaient localement. Paradoxalement, même après le départ de Simon Sabiani, les demandes de congés continuèrent à être nombreuses en période électorale. Pour l'état-major du bataillon, il était hors de question de les refuser. Durant ces périodes, le bataillon s’est retrouvé plusieurs fois en sous effectif. 

Après son accession au fauteuil de maire, Henry Tasso ne s'attaqua jamais à ce fief sabianiste, véritable furoncle dans une municipalité qu'il tentait de faire devenir socialiste. Ce fut probablement sa grande erreur.

Haut

 

LXIX / RECRUTEMENT DES SAPEURS-POMPIERS :


echelle Delhaye


Maquette grande échelle
sur porteur Delahaye 1913



D'après les décrets en vigueur à l'époque, et principalement celui du 13 août 1925, les sapeurs doivent être recrutés par le conseil d'administration de ce corps. Or, en ce qui concerne la cité phocéenne, une dérive grave intervint dans le recrutement de ce corps qui aurait dû être un corps d'élite. Le recrutement était assujetti au clientélisme voire aux orientations idéologiques, particulièrement jusqu'en 1935 où Simon Sabiani dû abandonner son poste d'adjoint délégué aux Sapeurs-Pompiers à la suite de sa défaite électorale.

L'arrivée de la municipalité Tasso ne changea pas l'ordre des choses. Simplement, le bassin clientéliste changea. Comme dans les années précédentes, la liste des incorporables continua à être établie par le maire et l'adjoint délégué. De même, ils continuèrent à approuver les nominations ! Le conseil d'administration  n'avait plus qu'à entériner les choix déjà effectués par la municipalité. Les nominations d'officiers suivaient exactement le même processus mais, bien évidemment, leurs convictions politiques devaient, de plus, être en conformité totale avec celle du maire ou de l'adjoint délégué.

Dans le rapport manuscrit établi en 1939 à destination du juge d'instruction en charge de l'enquête sur l'incendie des "Nouvelles-Galeries" le commandant Fredenucci, en poste depuis le mois de janvier 1933, cite un exemple frappant de cette ingérence municipale. Alors que Henri Tasso, alors ministre, se trouvait à Paris, le premier adjoint fit incorporer un candidat sans en avertir le maire. Le lendemain matin, Henri Tasso, en personne, téléphonait au commandant Fredenucci pour faire casser cette incorporation prise sans son aval. Pour la petite histoire, le candidat était accepté le surlendemain sur recommandation … de ce même maire Henri Tasso !

Le Bataillon était donc soumis à la double pression des politiques et du syndicat. Cet état de fait, ajouté au curieux mode de recrutement de ses effectifs, entraîna de graves lacunes dans l’organisation même de ce corps municipal. En effet, le Bataillon était structuré pour comporter cinq postes de "Capitaine". Deux d'entre eux seulement étaient pourvu :

  • Celui d'Officier Ingénieur par le Capitaine Serves
  • Celui de Capitaine du bateau-pompe "Alerte" par le Capitaine Massiani

Chacune des trois compagnies aurait dû être commandée par un Capitaine. Malheureusement, en 1938, les trois postes étaient vacants.

De même, si tous les postes de lieutenants qui étaient au nombre de neuf, étaient pourvus sur le papier, il ne faut pas oublier que trois d'entre eux faisaient office de "Capitaine". De ce fait, trois postes de lieutenant étaient occupés par des officiers subalternes. De plus, par le mode même de recrutement, tous ces lieutenants, choisis sur des critères plus politique que professionnel, étaient de valeurs professionnelles et d'instruction inégale. ceci pouvait handicaper certaines équipes lorsqu'elles intervenaient sur les incendies.

Ce principe de "cascade" dans les grades touchait tous les rangs d'officiers et de sous officiers. Il en résultait un grave handicap pour le Corps des Sapeurs-Pompiers. Depuis 1935, il n'y avait eu aucune nomination importante au sein du bataillons hormis quelques rares avancements rendus nécessaires par le service. Ainsi, le 28 octobre 1938, les postes suivants se trouvaient vacants :

Capitaines 3
Lieutenants 3
Adjudants 1
Setgents 1
Caporaux 9
Haut

 

LXX / FONCTIONNEMENT DU CORPS DES SAPEURS-POMPIERS :


Auto Pompe Laffly

Auto-pompe Laffly 1938


En 1938, les sapeurs-pompiers marseillais ne disposent que d'une seule caserne située au boulevard de Strasbourg, appelée caserne centrale. C'est la seule caserne qui a vu le jour sur les trois programmées avant la Première Guerre Mondiale. Les autres projets ont été sacrifiés sur l'autel de l'urbanisme. Par exemple, pour ce qui concerne la caserne "sud", le terrain acquit à l'autorité militaire Boulevard Rabatau, a vu s'élever des immeubles de la Sogima.

Au moment de l'incendie des "Nouvelles-Galeries",  il existe donc une caserne centrale et quatre postes (Endoume, Hôtel de ville, Mont de Piété, Place Jean Jaurès) Ces postes étaient des postes téléphoniques et de gardes n'ayant aucune utilité du point de vue pur de la défense incendie. Aménagés dans des magasins ou des lieux publics, aucun matériel automobile ne pouvait y être logé.

En effet, l'absence de caserne se faisait particulièrement sentir aux heures des repas. Aucune installation de réfectoire suffisante n'existant, la hiérarchie permet aux sapeurs non logés à la caserne de Strasbourg de prendre leur repas à domicile. Chaque compagnie est alors divisée en deux bordées qui disposent de deux heures pour se restaurer. Les créneaux horaires pour cette opération sont :

10 h 45' / 14 h 45' pour le repas de midi

18 h 00' / 22 h 00' pour le repas du soir

C'est ainsi qu'à ces heures là, les cinq piquets d'incendie prévus étaient réduits à deux et demi soit vingt hommes plus quelques disponibles, soit au total une trentaine d'hommes. Nous savons ce que cet état de fait a coûté lors de l'incendie des "Nouvelles-galeries" qui s'est produit pendant les heures creuses.

Haut

 

LXXI / LE CAS PARTICULIER DE LA TROISIEME COMPAGNIE


L'Alerte

Bateau-Pompe "l'Alerte"
(c) BMPM



La mission principale de la 3ème Compagnie, dite "Compagnie du port", est la défense du port autonome. Pour cette mission à haut risque, elle comprend cent trente hommes et dispose du matériel acheté et entretenu par la Chambre de Commerce de Marseille. Ce matériel est sans commune mesure avec celui des "Compagnies de Ville". Il est en excellent état, récent et puissant.

Le Port Autonome a installé, au sein de l'enceinte portuaire, deux postes de secours, le poste de la Bigue où se trouve quinze hommes en permanence et le poste de la Madrague qui ne comprend lui que dix hommes. Ce dispositif est renforcé par deux bateaux-pompe comprenant chacun une vingtaine d'hommes d'équipage.

La 3ème compagnie est sans conteste possible la compagnie la plus professionnelle du Corps. Son organisation est rationnelle tandis que son personnel est bien entraîné et bien instruit. Plusieurs fois son professionnalisme a été cité en exemple lors d'interventions au sein de l'enceinte portuaire sur des feux de bateaux ou pire, sur des feux chimiques.

Quant au personnel de garde, il est constamment apte à partir (et en totalité) au premier appel. Dans le cas qui nous intéresse, on fera appel relativement tardivement à ces "supers" pompiers. .

Haut

 

LXXII / LE MATERIEL DU CORPS DES SAPEURS POMPIERS :


Echelle Delahaye 1913


Maquette de grande Echelle déployée
et son porteur Delahaye 1913




IV.1 / Matériel des 1er et 2ème Compagnie :

3 auto-pompes Laffly (Type 100m3) dont une en réparation au moment du sinistre
1 camionnette-pompe Delahaye 1913
2 auto-pompes Delahaye 1917
1 auto-pompe Renault 1925
1 grande échelle Magirus sur porteur Delahaye 1913 (Matériel lourd, encombrant, difficile à manœuvrer et pratiquement inutilisable au feu comme cet incendie l'a démontré) (Cf photo ci-contre)
1 tracteur-grue Latil (opération de voirie et sauvetage sur voie publique)



Bateau-Pompe "La Durance"


Bateau-Pompe "La Durance"
(c) CCI Marseille



IV.2 / Matériel de la 3ème Compagnie :

1 auto-pompe Somua (type 300 m3)
1 dévidoir d'accompagnement avec lance-monitor montée sur affût plate-forme
2 auto-pompes Rochet-Schneider-Drouville (Type 100 m3)


IV.3 / Matériel naval :

1 bateau-pompe "Alerte" - Débit 1200 m3 sous une pression de 12 kgs avec en outre des pompes d'épuisement pour sauvetage de bateau débitant 3000 m3


1 bateau-pompe "Durance" - débit 400 m3 sous une pression de 5 kgs

Grande échelle en action 1

Grande échelle en action 2

La grande échelle Magirus sur porteur Delahaye 1913 en action. Comme tous les rapports, témoins et utilisateurs le rapporteront, c'est un matériel lourd, encombrant, difficile à manœuvrer et pratiquement inutilisable au feu. Cet incendie démontreramalheureusement combien cet équipement est inadapté à une ville comme Marseille.

 

Mais ce bel inventaire cache en fait de nombreux problèmes. Dans le rapport manuscrit déjà cité, le Commandant Fredenucci n’est pas tendre envers le matériel en général. Par exemple, il ne peut s’empêcher de préciser que les auto-pompes Delahaye ont été acquises par la ville en 1917 à la suite de la visite à Marseille d’un représentant de l’état qui s’inquiétait de l’état de délabrement du matériel de secours. Mais, en 1938, ces auto-pompes sont vieilles, poussives et plus du tout adapté à la mission de lutte qui est la leur

Les auto-pompes Laffly, beaucoup plus récentes, sont soumises à la critique dans ce rapport. Elles tombent souvent en panne et ne sont pas d’un usage facile. Le moteur initial n’est pas assez puissant pour leur poids de dix tonnes. Cela entraîne de nombreuses panne sans compter les ruptures fréquentes de l’arbre arrière. Le remplacement des moteurs doit donc être effectué, ce qui grève le budget du corps.

En termes clairs, Le matériel est ancien et a beaucoup souffert  au cours de sa carrière.  Pourtant, les  crédits alloués au corps des Sapeurs-Pompiers par la ville de Marseille restent constamment stationnaires.

L’administration municipale ne suit donc pas les demandes de crédit supplémentaires faites par le bataillon comme le montre ce tableau :

Année

Sommes demandées
Sommes allouées

Bataillon Principal

Bataillon Secondaire


1933

?

  Frs 70.000

Frs 180.000
Néant


1934

Frs 250.000
+ Frs 300.000
pour acquisition

  Frs 70.000

 

Frs 180.000
Néant


1935

Frs 200.000
+ Frs 300.000
pour acquisition

Frs 70.000
+Frs
300.000
pour acquisition

Frs 180.000
Frs 25.000


1936

Frs 230.000
+ Frs 250.000
pour acquisition

  Frs 60.000

Frs 170.00
Frs 25.000


1937

Frs 250.00
+ Frs 350.000
pour acquisition

  Frs 50.000

Frs 300.000
Néant

 
Haut

 

LXXIII / REMARQUES CONCERNANT LE 28 OCTOBRE 1938 :


Le feu ayant été signalé a 14 h 37', nous nous trouvons en plein dans le créneau horaire du repas de midi. Seuls sont réellement disponibles à ce moment là dans la caserne les hommes de la première bordée, soit vingt cinq hommes. Si le Corps a pu faire partir cinquante et un hommes avant 14 h 41' comme les registres l'indique, cela s'explique par :

  1. -         L'arrivée avant l'heure limite de 14 h 45' de la plupart des hommes de seconde bordée.
  2. -         L'utilisation du personnel "détaché" présent dans la caserne

Un départ à ce moment là implique que seulement deux piquets et demi (les vingt cinq hommes de la première bordée) sont normaux et correctement équipés. Pour les deux premiers piquets, chaque homme occupe la place de sa fonction. A partir du troisième piquet, le Corps monte les piquets à la hâte, au petit bonheur, au gré des arrivées. Toutefois, la valeur professionnelle de ces piquets s'en trouve diminuée. En effet, à partir du troisième piquet, les équipages qui partent ne sont pas composés avec le maximum d'efficacité. Pour preuve, le nombre de témoins citant des sapeurs sans casque ou avec une partie de leur équipement manquant.

Le 28 octobre 1938, était de service la 2ème Compagnie, le 2ème Peloton et l'Etat-Major soit un total théorique de 212 personnes. En fait, ce jour-là, il n'y avait que 133 sapeurs disponibles.


Compagnie


Effectif


Théorique


28/10/38

2ème Compagnie


Total dont
Sapeurs Pompiers (*)
Section Hors Rang


134
103

31


89
72

17

3ème Compagnie
2ème Peloton


Total dont
Sapeurs
Marins


73
34
39


42
inconnu
inconnu

Etats-Majors


Officiers dont
Chef de corps
Capitaine-Adjoint
Officier-Ingénieur
Médecins chefs


5
1
1
1
2


2


1
1

 

 


Total


212


133

(*) Dans ces chiffres sont compris les hommes en poste dans les théâtres, postes, etc., soit vingt deux hommes. La 2ème Compagnie dispose donc uniquement de cinquante Sapeurs ce jour là.


Les manquants ce jour là se répartissent de la manière suivantes :

 


Causes des absences


Nombre

Etats-Majors


Commandant Fredenucci
(Blessé antérieurement)
Médecins-Majors (Repos)


1


2

Personnels


"Repos supplémentaires"
(Un jour de repos pour sept jours de service)


16


Congé Annuel


18


Permission exceptionnelle


2


Malades (*)


11


Détachés
(affectés aux réparations de la caserne)


11


Service intérieur


18

 

TOTAL

79

(*) Le taux des malades de 5 pct laisse supposer que la forme physique des Sapeurs Pompiers marseillais laisse à désirer.


Haut

 

LXXIV / CONCLUSIONS :


Le feu a surpris tout le monde par sa rapidité de propagation et sa puissance. Malgré les carences que l’on pourrait trouver dans le corps des Sapeurs Pompiers de Marseille, la lutte contre un sinistre de l'ampleur des "Nouvelles-Galeries" dépassait leur capacité.

Quant à l’état-major, rien ne l’avait préparé à faire face à un tel drame

Haut

 

 

Retour L'histoire des pompiers à Marseille 
Vendredi 28 octobre 1938
Le Bataillon des Marins-Pompiers en 1940  Avant