Mardi 9 octobre 1934 : Assassinat du roi Alexandre 1er

 

INTRODUCTION


Paris-Soir


Remarques : Le compte-rendu du drame tel que vous le découvrez, est en fait la mise en écriture des témoignages de certains acteurs lors d’émissions diverses, des récits des témoins, des compte-rendu des journaux de l’époque, que ce soit les quotidiens nationaux comme « Le Petit-Parisien », « Paris-Soir » ou « l’Intransigeant », pour ne citer que les principaux, ou la presse locale, le « Petit Marseillais » et le « Petit Provençal » en tête.

La plus grande partie de l’iconographie est issue de photos publiées par deux quotidiens connus pour leurs photos : « Paris-Soir » et « l’Intransigeant ». La mauvaise qualité de cette iconographie est due à l'utilisation du bélinographe, appareil de transmission des photos à distance par le biais du système téléphonique, appareil révolutionnaire pour l’époque et ancêtre du télécopieur.

 

Pour le commun des mortels,  Marseille a toujours évoqué galéjades, rigolades, histoires marseillaises mais aussi mafia, grand banditisme, immigration. A tous ces adjectifs, on peut aussi y ajouter tragédies. L'une d'entre elles se déroula sur la Canebière, à deux pas de ce Vieux-Port si cher dans le cœur des marseillais, par une belle après-midi d'un mois d'octobre.

Cette tragédie, rien de moins que l'assassinat d'un roi, est profondément inscrite en lettre de sang dans la mémoire de la cité phocéenne. La plaque en bronze, apposée face au palais de la Bourse, à laquelle s'ajoute le monument commémorant ce brutal décès, rue de Rome, la rappelle quotidiennement aux passants.  

Mais au-delà de la cité meurtrie, cette tragédie eut aussi des conséquences incommensurables sur la vie de millions d'êtres humains puisque, outre le roi de Yougoslavie, mourait le Ministre des Affaires Étrangères française, ce qui allait entraîner dans les semaines suivantes, avec l’arrivée de son successeur, un changement total d'orientation dans la diplomatie de la France.

Sans ces deux morts illustres, (sans compter les innocents qui ont aussi péri ce jour là), la Seconde Guerre mondiale n'aurait, peut-être, pas eu lieu (on peut rêver). Dans tous les cas, elle ne se serait pas déroulée de cette manière là.

Dans ce petit opuscule, nous allons étudier le déroulement de l'assassinat, son élaboration, ses conséquences mais aussi quelques sujets entourant ce meurtre comme la politique étrangère française dans les années trente ou la situation politique à Marseille en 1934.  

Et bien entendu, nous ne pourrons empêcher de poser la question cruciale, et non résolue depuis cet époque


Qui a armé le bras du terroriste ?

Ou, en d'autres termes,

A qui profite le crime ?

Haut

 

 


Neuchatel



Humanite




Echo d Alger




Le Temps


Haut


Retour Accueil Assassinat Alexandre 1er
Mardi 9 octobre 1934
Les raisons d'un voyage Avant